Le traitement des infections pulmonaires à mycobactérie non tuberculeuse n’est pas systématique. Si votre médecin vous propose un traitement, celui-ci reposera principalement sur une combinaison d’antibiotique, qui pourra, dans certain cas être accompagné d’un geste chirurgical.

La première chose à savoir est que, quel qu’il soit, pour traiter les infections à mycobactérie non tuberculeuse, la thérapeutique sera longue (très longue).

On part pour combien de temps de traitement alors?

On a l’habitude de dire que le traitement doit être maintenu 12 mois après la négativation des cultures. La « négativation » est l’absence de multiplication de la mycobactérie sur les prélèvements de crachats faits au cours de votre suivi. Mais le traitement peut être maintenu jusqu’à 18 mois après la négativation !

traitement antibiotique si on traite
.

Classiquement, si le traitement est bien suivi, on peut considérer que les symptômes s’amendent dans les 3 à 6 mois et que les prélèvements doivent être “négativés” dans les 12 mois.

Avec une simple addition, on voit que l’on peut arriver à près de 2 ans à 2 ans et demi de traitement !

Comment s’organise la surveillance ?

L’examen des crachats devrait au minimum être effectué un, trois, six, neuf et douze mois après le début du traitement. Mais rien n’empêche d’en faire plus ! 

On parle de guérison lorsque les prélèvements restent négatifs 3 ans après la fin du traitement. Cela signifie qu’après la fin du traitement il y aura encore un suivi avec prélèvements réguliers.

La surveillance, au-delà de l’efficacité, vise à contrôler également les éventuelles toxicités possibles des médicaments (sur l’œil, le foie, le rein, le cœur entre autres). 

Oui, les médicaments présentent TOUS une ou des toxicités (même les médicaments en vente libre). Il faut donc toujours faire attention. Mieux on connaît les médicaments, mieux on contrôle ces effets indésirables pour que le traitement se déroule le plus tranquillement possible.

Lorsque l’on évoque les médicaments en vente libre, il faut aussi penser à ce que l’on appelle les « interactions médicamenteuses ».

Les interactions médicamenteuses? De quoi s’agit-il ?

Les médicaments sont des produits chimiques.

ça tout le monde le sait!

Ils agissent à différents endroits de l’organisme. Lorsque l’on additionne les prises de médicaments, il est possible que certaines molécules modifient l’action des autres. Conséquence possible, ce que l’on pensait être efficace peut devenir inefficace, certains effets indésirables peuvent devenir plus importants etc.

Ces phénomènes pouvant avoir des conséquences sur votre prise en charge et l’efficacité d’un traitement déjà compliqué.

Il n’y a qu’une règle à retenir : ne prendre aucun médicament (même en vente libre) sans en avoir parlé à votre médecin !

Le geste chirurgical

Dans certain cas précis, la chirurgie peut venir compléter le traitement antibiotique. Attention, on dit bien compléter et pas remplacer !

Le geste chirurgical n’est envisagé que dans des situations précises que votre médecins évaluera et discutera avec vous le cas échéant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.