Le traitement des infections à mycobactérie non tuberculeuse n’est pas systématique. Lorsqu’il est introduit il repose sur une combinaison d’antibiotique (3 en général) à prendre quotidiennement et sur une longue période.

Le traitement des infections à Mycobactéries Non Tuberculeuses repose sur une association d’antibiotiques à définir selon de nombreux critères.Le critère principal est l’identification du type de mycobactérie qui vous concerne.

Les stratégies thérapeutiques évoquées ci-dessous ne sont évidemment que des grandes lignes. Chaque cas reste particulier donc seul votre spécialiste sera à même de vous proposer le traitement le plus adapté à votre cas.

Cas d’une infection à MAC  (Mycobacterium avium complex)

Contre une infection à MAC, il va s’agir, classiquement, d’une combinaison d’antibiotiques comprenant :

En cas de résistance aux macrolides (ou de maladie réfractaire) les choses seront moins simples mais il y a des alternatives possibles.

Des situations particulières peuvent conduire à une modification de cette base thérapeutique.

Par exemple, à cette triple combinaison, on peut envisager d’ajouter en début de traitement une autre classe d’antibiotique, les aminosides (amikacine, streptomycine) pour des infections extensives.

Dans des situations moins sévères, les recommandations américaines proposent également un traitement en trois prises par semaines (à la place du traitement quotidien classique). Si cela diminue la contrainte il ne faut pas oublier les jours ou il faut prendre son traitement.

Enfin, la chirurgie peut également être une option thérapeutique. Encore faut il que la situation clinique soit adaptée et pouvoir supporter une intervention.

Cas d’une infection à Mycobacterium Kansasii

Probablement l’une des infections à mycobactérie non tuberculeuse les plus simples à traiter.

Le traitement repose principalement sur la rifampicine.

Mais attention ! Pour éviter que n’apparaissent des résistances, il ne faut jamais l’utiliser seule! Comme pour les autres infections à mycobactérie non tuberculeuse, c’est une combinaison d’antibiotiques qui sera nécessaire.

La combinaison sera le plus souvent : 

Ce traitement est généralement très efficace. Il n’y donc normalement pas de nécessite de chirurgie (ouf…) !

Si malheureusement la souche est résistante, le traitement sera alors adapté à l’antibiogramme (examen de laboratoire qui permet de déterminer la sensibilité d’une bactérie à divers antibiotiques).

Cas d’une infection à Mycobacterium Abscessus

La prise en charge dans ce cas-là est un peu plus complexe. L’éradication de cette mycobactérie est difficile. Le traitement sera donc basé sur l’antibiogramme (qui permettra de définir les antibiotiques les plus efficaces).

Habituellement (mais cela ne reste que le cas général car le traitement doit être adapté à chaque situation), il s’agit d’une combinaison de

Le gros problème avec ce type de mycobactérie est que si l’on peut « négativer » (c’est-à-dire ne plus retrouver de germe) les prélèvements, les rechutes sont fréquentes et la guérison rare.

L’objectif du traitement sera donc l’amélioration clinique et radiologique. Il faudra alors considérer que l’on est face à une infection chronique.

Si l’infection est limitée, on peut peut-être envisager un geste chirurgical après le démarrage du traitement antibiotique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.