Les macrolides sont une famille d’antibiotiques capables de diffuser dans les tissus de l’organisme et à l’intérieur des cellules. Ils peuvent donc agir facilement sur les germes intracellulaires, point majeur pour les infection à mycobactérie non tuberculeuse.

Famille nombreuse, en fonction de leur structure, ils sont classés en plusieurs générations. On trouve dans la première génération l’érythromycine A, et dans la troisième l’azithromycine (mais ils sont plus nombreux!!)

Pour faire simple, Les macrolides empêchent les bactéries de produire les protéines dont elles ont besoin pour se développer et se multiplier.

Les macrolides peuvent se présenter sous différentes formes galénique (mot compliqué qui veut juste dire sous quelle forme on peut trouver un médicament) en l’occurrence : comprimés, sirops, suspensions buvables ou solutions injectables pour intramusculaires ou perfusion par voie veineuse.

Dans le cas du traitement des infections à MNT, vous pourrez par exemple avoir de la clarithromycine ou de l’azithromycine (deux molécules de cette famille) en association à d’autres antibiotiques.

Comme toujours, les médicaments peuvent parfois interagir entre eux et modifier la tolérance et l’efficacité de telle ou telle molécule. Il ne faut donc jamais prendre de nouveau médicament sans en avoir parlé avec votre médecin. Celui-ci vous dira s’il y a un risque quelconque et le cas échéant adaptera votre traitement.

Avant de prescrire, votre médecin organisera certainement la mise en place de certains examens comme par exemple un électrocardiogramme (ECG pour les intimes), un bilan de votre audition, une prise en sang (qui permettra, entre autres de s’assurer du bon fonctionnement de votre foie).

Lorsque vous allez commencer à prendre le traitement, il est possible qu’apparaissent (surtout en début de traitement) des troubles gastro-intestinaux qui ne nécessitent que rarement l’interruption prématurée du traitement. Si en cours de traitement apparaissent des réactions allergiques cutanées, prévenez votre médecin !

Enfin, et comme pour toute thérapeutique de longue durée, votre médecin fera régulièrement pratiquer des prises de sang afin de s’assurer de la bonne tolérance biologique de votre traitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.